Questions fréquentes

Qui peut recourir à un don de sperme?

Le recours à un don de sperme nécessite une indication médicale, à savoir l'azoospermie (absence de spermatozoïdes dans le sperme éjaculé), l'absence de spermatozoïdes dans des biopsies testiculaires, l'échec d’autres traitements de la stérilité masculine (ICSI) ou le risque de transmission génétique d’une maladie.

En Suisse, selon la loi sur la procréation médicalement assistée de 2001 (LPMA), seuls les couples mariés, qui paraissent être à même d'élever l'enfant jusqu'à sa majorité, peuvent recourir à un don de sperme.

Quelle procédure suivre?

Si un couple est concerné par l’insémination avec le sperme d'un donneur (IAD), il peut s'adresser au gynécologue traitant de l'épouse ou directement au CPMA. Le gynécologue traitant pourra, s’il le désire, effectuer les premiers examens dans le dessein de constituer le dossier en vue d’une IAD. Une fois ces examens effectués, le dossier est validé par un médecin du CPMA. Dans le Centre, chaque couple participe également à un entretien psychologique pour approfondir la réflexion sur quelques aspects spécifiques de l'IAD et sur la gestion émotionnelle personnelle, au sein du couple et avec l'entourage. 
Si toutes ces conditions sont réunies, un entretien avec un médecin cadre du Centre permettra de répondre aux éventuelles questions. Un « contrat » sera alors signé par les deux membres du couple. Par cette signature ils attestent du fait qu'ils ont pris connaissance de la LPMA et qu'ils en acceptent les modalités. Le donneur sera alors attribué et les inséminations pourront commencer.

Quels examens faut-il faire?

Chez la femme

  • Les sérologies rubéoles, hépatites B, C, HIV, CMV.
  • Un dosage de TSH et prolactine.
  • Un dosage de progestérone en deuxième phase du cycle
  • Un groupe sanguin
  • Une hystérosalpingographie ( = radiographie des trompes et de l’utérus)

Chez l’homme

  • Le groupe sanguin
  • Un spermiogramme

Chez le couple

  • La participation à un entretien psychologique est obligatoire pour chaque couple désirant un traitement par IAD. Cet entretien a pour but d'aider les conjoints à approfondir leur réflexion sur les implications de ce traitement et de répondre aux questions éventuelles. Par exemple, la manière dont les conjoints ont réfléchi à la divulgation des informations concernant le donneur est abordé. Les aspects émotionnels et leur gestion sont également explorés sur les plans personnel, au sein du couple et dans les relations familiales.  Les couples ont aussi la possibilité de participer à des groupes de réflexion (échanger les expériences) spécifiques pour les personnes concernées par l’IAD.
Comment le donneur est-il attribué?

Le donneur est attribué selon ses caractéristiques physiques qui sont le poids, la taille, la couleur de la peau, des cheveux et des yeux. Le groupe sanguin du donneur est choisi en fonction de celui des futurs parents.

Combien coûte une IAD?

L’assurance de base prend en charge les frais inhérents à trois inséminations (franchise et participation aux frais exclus).  Toutefois dans le but d’éviter les malentendus, le médecin du CPMA écrira au médecin-conseil de la caisse concernée pour que celle-ci confirme la prise en charge du traitement tout en respectant le secret vis-à-vis de l’origine du sperme. Pour des raisons essentiellement de confidentialité, vous recevrez à domicile une facture concernant les paillettes de sperme dont vous devrez vous acquitter sans la transmettre à l’assurance. Les paillettes sont facturées CHF 550.-. Dès la quatrième insémination, un forfait de CHF 750.- comprenant les frais inhérents exclusivement à l’insémination et les paillettes vous sera facturé.

Quelle sont les chances de succès?

Le taux de grossesse par insémination est compris entre 10-15% par cycle selon que ce dernier soit stimulé ou non. Il est clair que la présence d’un autre facteur d’infertilité féminine diminue les chances de concevoir.

Comment se déroule une IAD?

Le principe consiste à placer les spermatozoïdes dans la cavité utérine en passant par le col de l’utérus quelques heures avant l’ovulation. Votre médecin déterminera le moment de l’ovulation et par conséquent le jour de l’insémination. Pour ce faire trois méthodes sont disponibles à savoir : l’échographie vaginale avec la mesure du follicule, une prise de sang, des test urinaires. Une stimulation par comprimés ou injections quotidiennes sous-cutanées pourront être prescrites selon votre situation. L’insémination ne dure que quelques minutes, se pratique comme un examen gynécologique et n’occasionne aucune douleur. Après un repos de quelques minutes, vous pouvez reprendre votre activité normale.

Comment puis-je être sûr que le sperme utilisé ne présente aucun danger de transmission de maladies sexuellement transmissibles ?

Toutes les précautions sont prises pour limiter au maximum le risque de contamination par des maladies sexuellement transmissibles. L’ordonnance fédérale sur le contrôle des transplants spécifie les examens à effectuer. Pratiquement, une fois le don réalisé, le sperme du donneur est immédiatement congelé et conservé dans des paillettes scellées. Le donneur est contrôlé tous les trois mois (pour les détails des examens pratiqués se rendre dans la section « donneur ») et ce n’est qu’après deux examens négatifs que le sperme pourra être utilisé.

CPMA, Rue de la Vigie 5, 1003 Lausanne, tél: 021 321 15 80