La LPMA

Au plan légal, après l’acceptation d’un article constitutionnel en 1992 sur la procréation médicalement assistée (LPMALoi sur la Procréation Médicalement Assistée.), le peuple suisse a rejeté massivement l’initiative pour ” un respect de la dignité humaine ” le 12 mars 2000, visant à interdire entre autres l’utilisation de la FIV en Suisse.

La loi sur la procréation médicalement assistée (LPMALoi sur la Procréation Médicalement Assistée.) entrée en vigueur le 1er janvier 2001 dote la Suisse d’un système juridique parmi les plus restrictifs au monde. En effet, la LPMALoi sur la Procréation Médicalement Assistée. interdit :

Il faut toutefois souligner que l’ensemble de ces mesures n’empêche pas d’apporter des soins et traitements de qualité avec des taux de succès comparables à ceux des autres pays européens.

La nécessité de congeler les ovocytes surnuméraires à un stade précoce (zygoteUne cellule diploïde (contenant les chromosomes masculins et féminins) résultant de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. En se divisant, cette cellule formera un embryon.  ou ovuleCellule reproductive féminine. imprégné) nous interdit de sélectionner les embryons avant le transfert d’embryons. Les taux de succès doivent donc tenir compte non seulement des transferts d’embryons frais, mais également des transferts de zygotes décongelés. Pour plus de détails, consulter la rubrique Taux de succès.

CPMA, Rue de la Vigie 5, 1003 Lausanne, tél: 021 321 15 80