La LPMA

Introduction de la nouvelle loi:

Le premier septembre 2017 est entrée en vigueur la modification de la loi suisse sur la procréation médicalement assistée (LPMALoi sur la Procréation Médicalement Assistée.). Cette modification de la loi a été acceptée par le peuple en date du 5 juin 2016 avec 64% des voix.

La LPMALoi sur la Procréation Médicalement Assistée. permet de recourir au diagnostic génétique des embryons avant transfert.

Le diagnostique préimplantatoire (DPIDPI ou diagnostic pré-implantatoire. Test génétique réalisé sur des cellules prélevées sur un embryon obtenu par fécondation in vitro. Il permet de vérifier si l'embryon est atteint d'une maladie génétique dont les futurs parents sont porteurs (mucovoscidose, myasthénie, etc.)) est réservé aux couples porteurs d’une anomalie génétique grave.

Le diagnostique préimplantatoire des aneuploïdies (DPI-ADiagnostic pré-implantatoire - aneuploïdie. Aussi appelé PGS (preimplantation genetic screening). Cette technique vise à examiner les chromosomes des embryons obtenus par fécondation in vitro, en particulier pour la recherche d'une aneuploïdie (nombre anormal de chromosomes, par exemple trisomie 21)), nommé aussi "Screening préimplantatoire" (PGS) est réservé aux couples infertiles présentant un risque plus élevé de développer des embryons avec une anomalie des chromosomes (par exemple antécédent de fausses-couches, âge maternel supérieur à 38 ans, etc..).

Rappelons que les alternatives au DPIDPI ou diagnostic pré-implantatoire. Test génétique réalisé sur des cellules prélevées sur un embryon obtenu par fécondation in vitro. Il permet de vérifier si l'embryon est atteint d'une maladie génétique dont les futurs parents sont porteurs (mucovoscidose, myasthénie, etc.) sont le diagnostic prénatal, le traitement par don ou l’adoption.

Toutefois d’autres modifications très importantes ont aussi été acceptées et sont résumées dans le tableau ci-dessous : 

Modifications

Ancienne Loi

Loi Actuelle

Diagnostic préimplantatoire

interdit

autorisé

Nombre maximum d'embryons en culture

3

12

Congélation d'embryons

interdite

autorisée

Durée de la conservation (gamètesCellules reproductives masculines et féminines*: spermatozoïdes et ovules., zygotes, embryons)

5 ans

10 ans

 

Ces modifications nous permettent d’identifier les embryons les plus aptes à s’implanter dans l’utérusOrgane en forme de poire renfermant et nourrissant le foetus pendant la grossesse, qui se contracte de manière puissante et rythmique à la naissance pour expulser le foetus. et à débuter une grossesse, en les laissant évoluer dans l’embryoscope jusqu’au 5ème jour de développement (stade blastocysteLe blastocyste est un stade de développement embryonnaire précoce, de 5/6 jours, qui présente une structure cellulaire complexe composée d’environ 200 cellules. La phase de blastocyste est l’état préalable à l’implantation de l’embryon dans l’utérus maternel.). Dans la majorité des situations, un seul embryonTerme désignant les stades précoces de développement de la conception jusqu’à la huitième semaine de grossesse. Dès la première division cellulaire, le stade bicellulaire, on parle d’embryon. sera transféré. Ceci a pour but de limiter les grossesses gémellaires, grossesses toujours plus à risques aussi bien pour les bébés et la mère.

Les blastocystes surnuméraires seront congelés par vitrification.

Avec cette nouvelle loi, les cliniques suisses qui obtiennent les autorisations cantonales prérequises accèdent à la majorité des possibilités de traitement de procréation médicalement assistée  proposées dans les pays voisins (exception: le don d’ovocytes est toujours interdit).

Le CPMA s’en réjouit, car dans le cadre de la PMAProcréation Médicalement Assistée. les transferts de blastocystes permettent de raccourcir la durée des traitements et de diminuer les coûts par grossesse obtenue.

CPMA, Rue de la Vigie 5, 1003 Lausanne, tél: 021 321 15 80